Trouver un magasin

Le chat d'extérieur: comment limiter les risques?

  • + 900 passionnés
  • + 158 magasins
  • + 7.000 produits

Le chat d'extérieur: comment limiter les risques?

Grand dilemme que celui de faire sortir ou non son chat. Une question en entraine une autre. La vie d’appartement n’est-elle pas vécue comme une prison? Le monde qui l’attend dehors est-il si dangereux? Dans cet article, nous tâcherons de vous éveiller aux modalités de la vie en extérieur : avantages, risques, solutions et précautions.

LES AVANTAGES DE L'EXTERIEUR

  • Une curiosité toujours en éveil. Normalement, l’inconnu n’effraie pas les chats. Au contraire, il les stimule. Pour certains, leur curiosité est sans limite. Ils veulent toujours découvrir de nouveaux goûts, sons, visions, textures, odeurs. Les insectes les fascinent, les ombres, les plantes et les animaux aussi. Le jardin, le pâté de maisons, les champs leur offrent une possibilité infinie d’expériences nouvelles.
  • Un sentiment de liberté absolue. Un chat né à la campagne et qui à goûter aux plaisirs de la nature aura plus de mal à rester cloitrer à l’intérieur. Il risque de se sentir confiné, voire de développer une certaine claustrophobie. Ces chats, férus d’indépendance, fixent leurs propres limites. Ils vagabondent librement.
  • Une meilleure condition physique. Dehors, les chats chassent, grimpent, courent, explorent. En restant actif, ils s’assurent une santé physique et mentale de fer. Les calories sont brûlées et ils s’épargnent les problèmes de poids.
  • Un exutoire pour les instincts. Les besoins d’exploration du monde, d’extension du territoire et les comportements instinctifs (chasse, reproduction, vigilance, griffade, jets d’urine) sont indubitablement satisfaits au travers des grands espaces.

A QUELS DANGERS LES CHATS S'EXPOSENT-ILS A L'EXTERIEUR?

L’amour des grands espaces d’accord, mais à quel prix? Durant leurs escapades, les chats peuvent rencontrer un certain nombre de dangers, diminuant leur espérance de vie.

  • Les voleurs. Tout se vend, tout s’achète, tout se vole. Les malfaiteurs n’ignorent pas la valeur pécunière des chats de race dont ils peuvent faire le trafic. Mais votre chat pourrait aussi se faire « adopter » par un voisin…
  • Les empoisonnements accidentels ou criminels. Les chats sont prudents, mais curieux. En chemin, ils pourraient se hasarder à prendre ci-et-là un petit encas. La fleur de lys, le muguet, certains champignons, les végétaux recouverts de pesticides sont toxiques pour lui, sans parler de l’antigel, de la mort-aux-rats ou des granulés anti-limaces
  • Les bagarres. Bien que solitaires, plusieurs chats sont voués à se partager le même territoire, les mêmes proies, les mêmes femelles. Les chats ont rarement recours à la force pour intimider leurs adversaires, mais il peut arriver qu’ils en viennent aux pattes. Les blessures dues aux coups de griffe et aux morsures peuvent s’infecter et devenir des abcès.
  • Les maladies infectieuses. En vivant dehors, votre chat fréquente d’autres chats. Les maladies infectieuses se transmettent d’un individu à l’autre au travers des rapports sexuels et des bagarres.
  • Les parasites et leurs piqûres. Les risques des maladies transmises par les tiques et les puces sont fréquents. Parmi toutes ces infections, certaines sont mortelles et d’autres transmissibles à l’homme. Parasites : très sensibles aux assauts, tiques, puces, vers plats, vers ronds.
  • Les accidents de la route et les chutes. Impossible d’apprendre à son chat à regarder à gauche et à droite en traversant. La nuit, les conducteurs sont moins attentifs et les chats sont éblouis par les phares : les risques de collision avec une voiture augmentent. Mais un chat, aussi agile soit-il, pourrait aussi se fracturer la patte en tombant d’un arbre ou s’étrangler avec son collier. 
  • Désorientation. Les chats ont un sens de l’orientation extrêmement développé… Mais s’ils s’aventurent trop loin, ils risquent de se perdre.
  • Enfermement. Pour se réfugier, le chat se cache dans le garage ou la remise du voisin. Quand on le retrouve, il est peut-être trop tard.

COMMENT MINIMISER LES RISQUES?

  • Vaccinez votre chat ;
  • Traitez-le contre les puces et les tiques ;
  • Vermifugez-le ;
  • Identifiez-le par puce électronique ;
  • Faites-lui porter une médaille d’identification ;
  • Ne le laissez pas sortir aux heures de pointe ;
  • Veillez à ce qu’il revienne avant la tombée de la nuit ;
  • Mettez-lui un collier anti-étranglement ;
  • Installez une clôture électronique ;
  • Installez une chatière ;
  • Prévoyez une trousse de premiers secours ;
  • Retirez les éléments toxiques de votre jardin et conscientisez vos voisins également ;
  • Stérilisez-le.

LE CHAT, UN INDIVIDU PARTICULIER

Le bonheur des uns ne fait pas le bonheur des autres. Comme les humains, les chats ont leurs caractères, leurs tempéraments, leurs préférences. Certains préfèreront le confort domestique et sauront apprécier les joies de la vie à la maison.

Fondamentalement, il n’y a pas de bonne ou de mauvaise décision. La décision idéale est celle qui a été réfléchie en tenant compte :

  • De la personnalité, des besoins et de l’histoire du chat ;
  • Des avantages et des inconvénients de la vie en intérieure et en extérieure ;
  • Des possibilités d’organiser un environnement stimulant qui satisfassent les besoins physiques, émotionnels et physiologique du chat.

Produits liés